.Aperçu de l’idéologie judéo-nazaréenne

Extraits de la conclusion de la 2ème Partie (Tome I)
– analyse l’idéologie messianiste telle qu’elle s’est structurée, en post-christianisme, après 70
(cf. 2.7
) –

 [Les renvois à un n° de note ou de paragraphe se réfèrent au livre]

[…] Vision du monde et vision de l’Histoire sont les deux pendants de la dialectique idéologique héritée du judéonazaréisme (nom qualifiant le mieux la mouvance sectaire messianiste post-chrétienne). La qualification de « sur-réalité » a été donnée à la vision dialectique globale du monde et de l’Histoire qu’enseignait le marxisme-léninisme ; elle se justifie également ici, et de manière plus fondamentale encore. La foi judéonazaréenne fait vivre le croyant dans un monde qui n’existe pas – qui n’existe même jamais – mais qui devrait exister. La foi communiste fonctionnait de même. Le prix Nobel de littérature V.S. Naipaul a consacré d’intéressantes pages aux parallélismes existant entre l’idéologie communiste et l’idéologie islamique[1] ; il n’était pas le premier à le faire.
[…]
       Une chose est d’entrevoir certains parallélismes, autre chose est de les expliquer : il faudrait rendre compte de l’influence exercée sur l’Occident par le judéonazaréisme.  Une telle question est fondée par le fait que cette mouvance, que ces auteurs ont à peine entrevue, est à l’origine de toutes les idéologies de salut, et cela de manière plus souvent indirecte que directe ; mais, dans le cadre de cette étude, il est hors de propos d’en traiter autrement qu’en indiquant seulement quelques pistes de recherche
[2] et en proposant le schéma suivant :  

Dans la 3e Partie, la démarche suivie sera celle d’une recherche partant du texte coranique, des données historiques avérées relatives au VIIe siècle, et des traditions islamiques elles-mêmes, pour remonter aux événements antérieurs à 622 ; à ce titre, elle est essentiellement rétrospective et croise la démarche prospective suivie jusqu’ici. A l’intérieur de cette recherche apparaîtra la manière dont l’idéologie judéonazaréenne a pu être apparemment effacée sous un habillage nouveau et complexe.

Page d’accueil



[1]  Naipaul V.S., Crépuscule sur l’Islam. Voyage aux pays des croyants, Paris, Albin Michel, 1981, p.400-404. De son côté, l’ancien Recteur de l’Université de Téhéran, Houchang Nahavandi, a étudié les parallélismes (et certaines collusions historiques) entre l’islamisme et le soviétisme (Le grand mensonge. Dossier noir de l’intégrisme islamique, Paris, Debresse, 1984 / Nouv. éd. Debresse, 1988 ; Le voile déchiré de l’islamisme, Paris, Première Ligne, 1995).

[2] En particulier dans la note 765. Le schéma esquissé ici devrait certainement être plus complexe, mais le plus important en l’état actuel est d’indiquer des pistes de recherche.