Lettre de Terre Sainte à un jeune Français devenu Musulman

                 Cher ami,

          À vous et à toutes les personnes dans votre situation ainsi qu’à tous nos lectrices et lecteurs « grâce et paix ! »

          As-salaam alaykum السّلام عليكم reproduit exactement le Shalom, שלום shalom aleykhem hébreu שלום עליכם utilisé jusqu’à maintenant. Wa rahmatul Lahi wabarakatuhu « Et la miséricorde de Allah et Ses bénédictions » ورحمة الله وبركاته résume, avec la paix déjà souhaitée, la bénédiction qu’Aaron et les prêtres juifs donnaient (Nombres 6, 24 -26).

        Un ami Jordanien m’a parlé de sa rencontre avec vous. Il m’a demandé de prier pour vous et de venir vous parler. Mais je suis âgé et j’habite en Palestine ! Ce sont donc ces lignes qu’il vous fera parvenir, « avec douceur et dignité » (1 Pierre 3, 15). Il y a une cinquantaine d’années, j’avais rédigé un livret de réponses aux objections islamiques. Dommage, c’était en arabe, traduit en espagnol. Autrefois, la peur et la prudence s’imposaient beaucoup plus qu’aujourd’hui. C’est pourquoi j’avais pris un pseudonyme. 

        Tiens, vous, vous n’avez pas eu, vous n’avez toujours pas peur d’être passé à l’Islam ! Vous allez dire : « C’est grâce à la République Française ! » Mais c’est aussi et surtout ‘grâce’ au Christianisme qui ne vous condamne pas à mort, châtiment capital prévu pour les ‘apostats’ dont le ‘sang est exposé’. On appelle cette disposition éliminant ceux qui s’éloignent de l’Islam حَدّ الرّدّة وهدر الدّم, ce qui équivaut à l’hébreu ‘dîn rodef’ et surtout à la formule araméenne ‘poulsa de niraדין רודף - פולסא די נירא. Ces dispositions rabbiniques drastiques ne figurent pas dans l’Ancien Testament et les Juifs sont assez civilisés pour ne pas les appliquer. Néanmoins, quelques fondamentalistes n’hésitent pas à les invoquer et les concrétiser, tels un Yig’al Amir עמיר (un nom qui ressemble à l’arabe Amr, Umar عُمر – عمرو), assassin de Yitzhaq Rabin, tué selon la loi rabbinique !

        Entendons-nous : le Christianisme ne vous encourage pas à aller à l’erreur mais il vous laisse libre de le faire, tout en vous exhortant et en vous conseillant, avec les preuves nécessaires. L’Islam, lui, ne vous laisse aucune liberté de choisir ce qui est, en conscience, vrai et bon, en dehors de lui. Cette coercition enlève aux pauvres humains leur liberté, leur personnalité et atténue leur responsabilité. Le Christianisme condamne moralement l’apostat pas physiquement. C’est une différence essentielle : c’est littéralement une question de vie et de mort ; le Christianisme n’est pas faible pour recourir à la violence.

Vous avez étudié dans un collège catholique…

        Les Religieux Occidentaux sont pleins de ferveur et de connaissance de notre foi chrétienne ! Beaucoup d’entre eux ne sont cependant pas au courant de certaines élucubrations du monde musulman. Vous aviez, en outre, des interrogations sur votre foi (mais vous n’en avez pas eu et vous n’en avez toujours pas sur l’Islam, notamment sur Mahomet, le Coran, la Tradition ou sunnah…). Je déplore qu’on ne vous ait pas donné les réponses à vos questions alors qu’elles existent, et comment ! Donc, déjà au départ, vous n’étiez pas un Chrétien solide ! Fragile, vous avez été encore plus vulnérable, toujours en bonne foi et ignorance, quand vous êtes tombé, dites-vous, sur le livre d’un Occidental (vous n’avez pas dit qu’il était passé à l’Islam mais cela se devine !) qui aurait expliqué que ‘le Paraclet’ de l’Evangile de Jean n’était autre que Mahomet !

        Or, il n’en est strictement rien de rien !

Le Paraclet en Jn 14, 15 et 16 est bien l’Esprit Saint

Ce n’est pas vrai simplement parce que votre père vous l’a objecté – à juste titre d’ailleurs car telle est l’unique signification du texte dans son contexte. Vous-même vous disiez qu’il fallait lire les textes dans leurs contextes. Vous avez raison (pour une fois !) Voyons le contexte : chaque fois, il s’agit de l’Esprit, l’Esprit saint, l’Esprit de vérité, jamais d’un homme et encore moins d’un prophète authentique et encore moins d’un prophète authentique qui viendrait six cents ans après le Christ ! Par contre, Jésus prophétisa clairement sur la venue de faux prophètes, prédiction confirmée par saint Pierre et saint Jean (Matthieu 7,15 ; 24,24 ; 1Jn 2,22 etc ; 2 Pierre 2,1 ss).

Evangile en détail : Jean 14 , 15 et 16

        Comme vous le voyez, il est illicite de citer le Nouveau Testament et de l’interpréter contre son texte et contexte. Que vous n’acceptiez pas la doctrine de l’Evangile ne vous autorise pas à l’expliquer à votre guise.

Le texte est explicite, confirmé par le contexte.

        Mais , avez-vous objecté, ‘l’esprit de sainteté’ dont il s’agit « ne dira rien de lui-même mais répètera ce qu’il aura entendu » (Jn 16, 13). Attention ! Même si l’Esprit devait faire cela, il resterait un Esprit, l’Esprit, pas un homme, et encore moins Mahomet, comme nous le verrons plus bas. Encore faut-il lire honnêtement tous ces textes johanniques pour se rendre compte – peu importe que vous soyez d’accord ou pas, il faut voir ce que les textes disent – que cet Esprit est dans la Nature divine elle-même (pas question pour Mahomet que personne ne prétend diviniser), qu’Il procède du Père etc., autant d’affirmations trinitaires que nous ne discuterons pas, du moins pour le moment.

        Toujours est-il que parler ici d’un prophète est non avenu et simplement malhonnête.

Linguistiquement parlant

        Dans tous les manuscrits, sans exception, vous avez le mot grec ‘Para-klètos /παρακλητος’ composé de ‘parà’ auprès de, et ‘klètos’, appelé, ce qui signifie quelqu’un qu’on appelle auprès de soi, donc : consolateur, défenseur, avocat. On trouve le mot chez Démosthène dans ce sens. En araméen, il se dit « Menahmana מנחמנא », Consolateur. Au 9e siècle, Ibn Hîšâm imagine de rapprocher ce mot de ‘Muhammad’ sans donner d’explication – mais les deux mots ne se ressemblent pas.

        Une apologétique islamique plus tardive a essayé un rapprochement plus subtil. Le texte grec parle d’un ‘périklutos’ parce qu’en arabe, les voyelles sont souvent omises à l’écrit ; or, en grec, ‘périklutos’ veut dire ‘illustre’, c’est-à-dire, en quelque sorte, ‘loué’. Il suffit donc de décréter que le ‘ahmad’ que Jésus est dit annoncer dans le Coran (61,6) veut dire ‘loué’ (donc ‘illustre’) pour que ‘Mu-hammad’ devienne l’objet de cette annonce en Jean. Moyennant une supercherie grossière que seuls des Arabes obscurantistes peuvent croire (en arabe).

        Depuis longtemps, cette imposture a été dénoncée, notamment par Samir Khalil Samir 1. Encore faut-il croire que le milieu de ce verset 6 est authentique : dans la version de ce verset 6 selon Ibn Mas‘ûd, il n’est pas question d’ un ‘ahmad’ ! Ce sont là des choses connues, mais on vous les a cachées.

Vous avez laissé tomber tout le Nouveau Testament sauf Jn 14-16 interprétés à la façon islamique

        Fixé sur l’impossibilité de la divinité du Christ, vous avez procédé expéditivement par « persuasion négative » dans un faux syllogisme ou un sophisme qui se résume ainsi : puisque le Nouveau Testament n’est pas la Parole de Dieu, donc le Coran l’est. Puisque Jésus n’est pas Dieu, et que Dieu n’est pas Trinité, donc Mahomet est prophète authentique sept siècles après le Nouveau Testament, même si, soutenu par ‘Allah’ d’après le Coran et la Tradition, il ressemble parfois à de tristes personnages de l’Ancienne Alliance qui ne reconnaissent jamais leurs péchés.

        Vous ne croyez pas en la Trinité, en la divinité de Jésus ? Il y a des groupes, notamment en Angleterre dits Unitariens, qui pensent comme vous. Ils ne sont pas devenus Musulmans pour autant , parce que , pour être Musulman, il faut accepter Mahomet et le Coran comme venant de Dieu. Et c’est là que je vous invite à un peu de sens critique, avec la prière. Vous découvrirez vite des points d’importance capitale, je l’espère. Nous autres nous invoquons l’Esprit Saint pour toute inspiration : c’est l’Esprit de Dieu même ! Vous , vous invoquez Allah, et Il vous illuminera !

        Merci de votre gentillesse et de votre disponibilité !

        Je vous souhaite la libération par le Christ-Vérité !

        Bien à vous, dans l’estime et l’affection, unis dans la prière,

Père Jacques J. Saadeh

1Cf. Samir Khalil Samir et collaborateurs, Actes du 3e Congrès international d’études arabes chrétiennes, collection Paroles de l’Orient vol. XVI, Kaslik, Liban, 1990-1991, p.311-326 ; Le messie et son prophète, editions de Paris, réédition 2009, tome II, p.141-153.